Le véritable être absolu

Tous ces faits nous amènent à une question cruciale. Si ce que nous considérons comme étant le monde matériel n’est composé que de perceptions que voit notre âme, alors quelle est la source de ces perceptions?

Avant de répondre à cette question, nous devrions tenir compte de ce qui va suivre: la matière, en tant que telle, n'a pas d’existence autonome. Et puisqu’elle n’est qu’une perception, elle ne peut qu’être "artificielle". Ce qui signifie que cette perception doit avoir été provoquée par une autre puissance, autrement dit, elle doit avoir été créée. Par ailleurs, cette création doit être continue. S'il n'y avait pas une création continue et cohérente, alors ce que nous appelons la matière disparaîtrait et serait perdue. Ceci peut être comparé à un écran de télévision sur lequel une image est montrée aussi longtemps qu’un signal continue à être émis. Ainsi, qui donc fait que notre âme voit les étoiles, la Terre, les plantes, les gens, nos corps, et tout ce que nous pouvons voir?

Il est tout à fait évident qu'il y a un Créateur, Qui a créé l'Univers physique, autrement dit la somme des perceptions, et continue Sa création sans cesse. Puisque ce Créateur nous dévoile une création aussi magnifique, Il a certainement la puissance et le pouvoir éternels.

Le cerveau est un ensemble de cellules composées de protéines et de molécules grasses. Il est formé de cellules nerveuses appelées neurones (à gauche). Ce ne sont certainement pas les neurones qui constituent la conscience. Lorsque nous examinons la structure des neurones, nous voyons des atomes (à droite). Il est totalement impossible à des atomes inconscients d'être à l'origine de la conscience. Ce morceau de chair n'a pas la capacité d'observer des images, de constituer la conscience, ou de créer l'être que nous appelons le "moi".

Ce Créateur Se présente à nous. Il nous a fait parvenir un livre et à travers ce livre S'est Lui-même décrit à nous, a décrit l'Univers et nous explique les raisons de notre existence.

Ce Créateur est Dieu et le nom de son livre est le Qor’an.

Les faits qui énoncent que les cieux et la terre, c’est-à-dire l'Univers, ne sont pas stables, que leur existence n’est effective que lorsque Dieu les crée et qu'ils disparaîtront lorsqu’Il mettra un terme à cette création, tout cela est expliqué dans le verset suivant:

Allah retient les cieux et la terre pour qu’ils ne s’affaissent pas. Et s’ils s’affaissaient, nul autre après Lui ne pourra les retenir. Il est Indulgent et Pardonneur. (Sourate Fatir - 35, verset 41)

Comme nous l’avons indiqué au début, certaines personnes n'ont aucune compréhension véritable de Dieu et ainsi elles L'imaginent comme un être vivant quelque part dans les cieux et n’intervenant pas vraiment dans les affaires du monde. Les fondements de cette logique reposent en fait sur l’acception que l'Univers est un agrégat de matière et que Dieu est "en dehors" de ce monde matériel, en un lieu très éloigné. Dans certaines religions fausses, la croyance en Dieu se limite à cette compréhension.

Cependant, tel que nous l’avons établi jusqu'ici, la matière se compose uniquement de sensations. Et le seul être absolu véritable est Dieu. Cela signifie que seul Dieu existe; toutes choses en dehors de Lui ne sont que des êtres d'ombre. En conséquence, il est impossible de concevoir Dieu comme étant séparé et extérieur à toute cette masse de matière. Car il n'y a en fait aucune matière au sens qu’elle existerait. Dieu est très sûrement "partout" et embrasse toute chose. Cette réalité est ainsi expliquée dans le Qor’an:

Allah! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui Qui subsiste par Lui-même "El Qayyoum". Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n’embrassent que ce qu’Il veut. Son Trône "Koursiy", déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand. (Sourate El Baqara - 2, verset 255)

Dieu Qui n'est pas limité par l'espace et Qui embrasse toute chose est présenté dans le verset suivant:

A Allah seul appartiennent l’Est et l’Ouest. Où que vous vous tourniez, la Face (direction) d’Allah est donc là, car Allah a la grâce immense; Il est Omniscient. (Sourate El Baqara - 2, verset 115)

Sachant que les êtres matériels sont chacun d’entre eux une perception, ils ne peuvent donc voir Dieu; mais Dieu voit ce qu'Il a créé sous toutes ses formes. Le Qor’an le rapporte ainsi:

Les regards ne peuvent l’atteindre, cependant qu’Il saisit tous les regards. Et Il est le Doux, le Parfaitement Connaisseur. (Sourate El En’am - 6, verset 103)

Cela signifie que nous ne pouvons pas saisir Dieu avec nos yeux, mais qu'Il a entièrement embrassé ce qui est en nous, ce qui nous est extérieur, nos regards et nos pensées. C'est pour cette raison que Dieu dit "qu'Il détient l'ouïe et la vue…" (Sourate Younous - 10, verset 31). Nous ne pouvons émettre le moindre son sans qu'Il ne le sache, pas plus que le moindre souffle.



Si nous devions profondément réfléchir à tout ce qui a été dit jusqu'à maintenant, nous réaliserions immédiatement, par nous-mêmes, l'étonnante et extraordinaire réalité: que tous les événements dans le monde ne sont que pure imagination…

Tandis que nous observons ces perceptions sensorielles au cours de nos vies, l'être le plus proche de nous n'est aucune de ces sensations, mais Dieu Lui-même. Le verset suivant du Qor'an affirme cette réalité: "Nous avons effectivement créé l'homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire" (Sourate Qaf - 50, verset 16). Lorsqu'une personne pense que son corps n'est constitué que de "matière", elle ne peut saisir ce fait d'importance. Si elle considère son cerveau pour être "elle-même", alors l'espace qu'elle accepte pour être ce qui lui est extérieur n'est que de 20 à 30 centimètres de distance d'elle. Selon ce raisonnement, rien ne peut être plus proche de cette personne que sa veine jugulaire. Cependant, quand elle comprend qu'il n'existe rien de telle que la matière et que tout est imaginaire, des notions telles que l'extérieur, l'intérieur, le lointain ou le proche perdent leur signification. Dieu cerne cette personne de toutes parts et Il est "infiniment près" d'elle.

Dieu informe les hommes qu'Il est "infiniment près" d'eux dans le verset:"Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi alors Je suis tout proche (d'eux)…" (Sourate El Baqara - 2, verset 186). Un autre verset rapporte le même fait: "Et lorsque Nous te disions que ton Seigneur cerne tous les gens (par Sa puissance et Son savoir)." (Sourate El Isra - 17, verset 60) Cependant, l'homme est induit en erreur lorsqu'il pense que l'être le plus proche de lui est lui-même. Dieu, en vérité, est encore plus proche de nous que nous-mêmes.

Il a attiré notre attention sur cet aspect des choses dans ce verset: "Lorsque le souffle de la vie remonte à la gorge (d’un moribond), et qu’à ce moment-là vous regardez, et que Nous sommes plus proche de lui que vous [qui l’entourez] mais vous ne [le] voyez point." (Sourate El Waqi’a - 56, versets 83-85) En effet, quelqu'un sur son lit de mort ou qui est malade peut penser, bien que complètement dans l’erreur, qu’à ce moment, l’être le plus proche de lui est son docteur à ses côtés, ou alors sa mère qui lui tient la main, ou encore quelqu’un de cher qui l'étreint. Cependant, comme le rapporte le verset, Dieu est plus proche de lui que n’importe qui. Et, malgré cela, les gens traversent l’existence complètement inconscients de cet événement phénoménal parce qu'ils ne le voient pas de leurs yeux.

La seule conclusion à tirer, de la totalité des faits présentés ici, est que le seul être véritable et absolu est Dieu. Par Sa science, Dieu cerne l'homme, qui n’est qu’un être d’ombre, tout comme le reste: "En vérité, votre seul Dieu est Allah en dehors de Qui il n’y a point de divinité. De Sa science Il embrasse tout." (Sourate Ta-Ha - 20, verset 98) Dans un autre verset du Qor’an, Dieu avertit les gens contre autant d'insouciance:

Ils sont dans le doute, n’est-ce pas, au sujet de la rencontre de leur Seigneur? C’est Lui certes Qui embrasse toute chose (par Sa science et Sa puissance). (Sourate Foussilate - 41, verset 54)

C’est tout le contraire qui est vrai pour l'homme, qui n’est rien d’autre qu'un être d’ombre et qui est si totalement dépendant de Dieu, qu'il lui est impossible d'avoir quelque pouvoir ou quelque volonté indépendants: "Vous ne saurez vouloir, à moins qu’Allah veuille…" (Sourate El Insane - 76, verset 30) Un autre verset montre que tout ce que nous éprouvons, nous le faisons sous le contrôle de Dieu: "… c’est Allah Qui vous a créés, vous et ce que vous faites." (Sourate Essafat - 37, verset 96) Dans le Qor’an, cette réalité est exposée à plusieurs endroits et dans le verset suivant: "… et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais: mais c’est Allah Qui lançait…" (Sourate El Anfal - 8, verset 17), il est souligné qu'aucun acte n'est indépendant de Dieu. Sachant que l'être humain est un être d’ombre, il n'exécute pas l'acte de lancer lui-même. Cependant, Dieu donne à cet être d’ombre le sentiment d'un "moi". En réalité, Dieu exécute tous les actes. Si quelqu'un considère les actes qu’il fait comme étant les siens, pensant que lui-même fait tout ce qu'il fait, et qu’en plus suppose qu'il est un être doté d’un pouvoir indépendant et met sa confiance sur ce pouvoir, il ne cherche à l’évidence qu’à se leurrer lui-même. Car bien entendu, l'homme est un être totalement sous le contrôle de Dieu.

Ceci est la réalité. L'individu peut ne pas vouloir l'admettre et peut penser à lui-même en tant qu’être indépendant de Dieu; mais cela ne change rien à la réalité. Bien sûr, son refus imprudent est de nouveau soumis à la volonté et au désir de Dieu. Dans le Qor’an, ce fait est ainsi affirmé:

Désirent-ils une autre religion que celle d’Allah, alors que se soumet à Lui, bon gré, mal gré, tout ce qui existe dans les cieux et sur la terre, et que c’est vers Lui qu’ils seront ramenés? (Sourate Al ‘Imran - 3, verset 83)

< Accueil >